La Couturière – Les jupes

Extrait d’un article de 1883

Nous prendrons pour base de cette démonstration une jupe ronde dite fourreau . C’est celle dont on fait le plus fréquemment usage, et d’après laquelle on peut aisément faire la jupe demi-longue, ordinaire, comme aussi la jupe à traîne ou queue.
Cette jupe a 1 mètre de hauteur par devant , 110 par derrière, parce qu’il faut tenir compte de la tournure.
La planche correspondante servira à facilité la compréhension de nos explications.
Elle indique la moitié de la jupe et porte le chiffre III, parce que notre étude fait suite à la précédente, consacrée aux corsages, lesquels ont employé deux planches.

Nous prenons une étoffe unie, sans envers, ayant 60centimètres de largeur, et nous commençons par le tablier, en le coupant sur 103 centimètres de longueur. On plie ce lé en deux dans le sens de la largeur. Chaque moitié aura donc 30 centimètres de largeur. On lève sur chaque lisière et dans toute la hauteur une pointe, ayant en bas 2 centimètres et en haut, 12 centimètres de largeur.  Ce qui réduira chaque moitié du tablier à 18 centimètres de largeur sur son bord supérieur, à 28 centimètres sur son bord inférieur.
Sur le milieu par devant on creuse le tablier ( c’est ainsi que l’on nomme le lé de devant) sur une hauteur de 1 centimètre ½, pour lui faire suivre la rondeur de la taille.

Les lés de coté ( ceux qui se rattachent à chaque cotés du tablier) ont chacun une hauteur de 104 centimètres.
On prends un morceau d’étoffe ayant cette longueur ; on le plie en biais ,dans le sens de sa longueur, de façon à lui donner 20 centimètres de largeur dans le haut, et 40 centimètres de largeur dans le bas. Cela forme deux morceaux égaux, lesquels, coupés sur la ligne du biais, composeront  dans une seule largeur, les deux lés des côtés du tablier.

On coupe ensuite le lé de derrière ( auquel on laisse toute la largeur de l’étoffe) sur une hauteur de 112 centimètres. Si l’on a à couper une jupe de même proportion dans une étoffe plus large. On réduira sa largeur à 60 centimètre en réservant, par économie tout l’excédant sur un seul coté.

Si l’étoffe a 120 centimètre de largeur, On trouvera le tablier et les lés de coté, l’un à coté de l’autre, en laissant l’étoffe pliée en deux et en entre-coupant les lés.  Pour former ( dans ce cas l’étoffe à 120 centimètre de largeur ) le lé de derrière de la jupe, on prendra la moitié de la largeur, soit 60 centimètre.

Si, au contraire, il s’agit d’une étoffe plus étroite, on laissera toute sa largeur sur le bord inférieur du tablier. Les lés de coté exigeront chacun une largeur entière de l’étoffe. En d’autres termes, on ne pourra pas les couper, comme nous venons de l’indiquer, dans un seul morceau ; ils seront biaisés de façon à compenser, dans le bas, la différence en moins du lé de devant et du lé de derrière.

Quant au bord supérieur, c’est le haut du tablier, et des lés de cotés qui compensera la différence en moins du haut du lé de derrière. On observera dans ce cas la proportion suivante : l’étoffe ayant 50 centimètres de largeur, le lé de devant ( tablier) aura sur son bord inférieur, 50 centimètres de largeur, au lieu de 56, et 30 centimètres sur son bord supérieur au lieu de 36. Les lés de cotés auront chacun 48 centimètres de largeur sur leurs bords inférieurs, au lieu de 40, et 28 sur leurs bords supérieurs, au lieux de 20. Le lé de derrière, aura 50 centimètres de largeur en haut comme en bas, au lieu de 60. Dans les deux cas, on obtient malgré la différence de largeur, un total égal : 1 mètre 36 centimètres de largeur sur le bord supérieur, 1 mètre 96 centimètres de largeur pour le bords inférieur, y compris les coutures.

La différence dans la répartition de l’ampleur, due à la différence de largeur dans les étoffes doit, ainsi qu’on le voit, porter seulement sur le tablier et les lés des côtés. Ainsi que nous venons de l’expliquer, pour toute étoffe dont la largeur est inférieur à 60 centimètres, à 1 ou 2 centimètres près, on emploie deux hauteurs d’étoffe pour les deux lés de côtés tandis qu’avec la largeur générale de 60 centimètres une seule hauteur suffit pour les deux lés.

Si l’on emploi une étoffe avec envers ou à dessins, on coupe le tablier comme cela a été indiqué. Puis on dispose les lés de cotés, l’un près de l’autre ; c’est à dire qu’après avoir préparé le premier on  le place sur l’étoffe, endroit contre endroit, pour couper le second lé égal au premier, ainsi pour que les deux lés se fassent vis à vis sur chaque cotés du tablier.  Le lé de derrière étant coupé droit du haut comme du bas, n’offre aucune difficulté. Pour ce dernier cas il sera utile de se reporter aux indications relatives aux corsages ; on trouvera les indications relatives aux tissus avec envers – à bouquets- comme ceux dont il faut observer le sens comme le velours et le drap.

(NB – Les jupes à partir de 1884 jusqu’en 1890,  auront une ampleur sur le bord inférieur de 2 mètres, voir, 2 mètres 25, pour laisser assez de place à une tournure de plus en plus proéminente.)

Assemblage de la jupe.

Pour assembler correctement une jupe il est utile de la bâtir.  En se reportant au dessin de notre planche, on voit par la position des lés que la lisière ( ou droit fil) du lé de coté doit se rattacher au biais du tablier. On assemble d’abord le haut, b avec b, jusqu’au bas, 2 avec 2, en soutenant le coté biaisé sur la lisière. Surtout à la partie cambrée du tablier afin d’arriver, à peu de choses près, à l’égalité sur le bords inférieur. A son tour, le lé de derrière, coupé en droit fil, se joint de chaque coté au biais du lé de coté. Si l’ont s’est conformé aux mesures indiquées, si tout les lés sont bâtis soigneusement, aucun d’entre eux ne doit en dépasser un autre, surtout sur le bord supérieur d’où partent toutes les coutures formant l’assemblage de la jupe. En tout cas l’inégalité sur elle se produit doit être rectifiée sur le bord inférieur.
Qu’il s’agisse de jupes courtes ou longues, les coutures se font suivant la nature du tissu. Pour la faille, la moire, le satin, le taffetas, pour les tissus en coton, on fait toujours les coutures en ourlet Le biais enfermé dans le droit fil que l’on replie par dessus. Les lisières s’assemblent l’une sur l’autre par une couture simple.
Pour les lainages, les velours, les étoffes brochées, les grosses étoffes de tout genre, les coutures se composent de petit points devant, séparées ça et là par des points arrière, pour assurer la solidité de la couture.  On fait aussi des coutures à la machine si on en possède une. Dans ce cas l’opération préliminaire qui consiste à bâtir la couture, doit être faite avec un soin particulier.
On borde ensuite les coutures en biais avec un petit ruban (extra fort) posé à cheval. Les lisières ne se bordent pas. On repasse, après les avoir ouvertes, toutes les coutures des grosses étoffes, pour éviter toute grimace. Le drap et la lainage se repassent à plat. Le velours et la soie se repassent en l’air, deux personnes tenant la couture chacune par un bout.

Advertisements

1 Comment (+add yours?)

  1. Trackback: Comment réaliser un pouf | Les légendes d'Azcor

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s