Journal d’une couturière (2)

Mercredi

Il y a des jours avec et des jours sans. Après une matinée d’apre combat avec son tartan, la couturière enchaine les pièces cousues à l’envers et le tissu qui s’effiloche à la couture. La couturière, rage, peste mais persiste, sans se rencre compte que le patron est faux. Tant pis, elle ira jusqu’au bout et après 6 heures à coudre le fameux veston est enfin fini et ….. c’est une horreur. Mais loin de se démonter, elle se remet en selle et refait le patron, recoupe son tissu et va se coucher, demain encore elle se levera avant l’aube.

Jeudi

Le nouveau veston se présente bien, les coutures sont belles, la laine ne s’effile pas, la couturière est contente. Le temps qu’elle a perdu la veille elle le rattrappe aujourd’hui et la machine à coudre ronronne sous ses doigts. Le veston est enfin fini et il tombe bien, miracle. Reste encore les finitions. elle hesite.  “Et si je le fermais juste avec une épingle ce veston ?” Mais non, il faut que ça soit correctement fait. Mais demain, là elle doit travailler.

Advertisements

Journal d’une couturière (1)

Dimanche, 21h
La couturière est un animal d’ordinaire diurne qui ressent les premier signes de fatiguès dès la nuit tombée. elle doit aussi se coucher tôt pour remplir son autre foncrion, celle qui lui rapporte une paie à la fin de chaque mois. elle sait qu’elle deva se lever à 4h du matin. Pourtant, le sommeil d’ordinaire si prompt à se ruer sur elle ne vient pas. son cerveau tourne en boucle.

22h

Le sommeil est toujours absent. Le cerveau de la couturière est en pleine ébullitions. elle tente de se raisonner, mais des milliers d’idées fusent.

23h

L’Idée, cette idée qui éclaire tout dans cette boite craniène qui tente de se mettre en veille tire la couturière de son lit douillet. Le sommeil commençait pourtant à s’inviter, mais un mot revient sans cesse dans son esprit. “Du tartan. Il me faut du tartan.” A tâtons, les yeux dans le vague, elle chercher son carnet. Il est à l’autre bout de la pièce et le sol est bien froid. Bravant l’air glacial, la couturière s’avance en slalomant entre les vêtements et les objets divers jetés à terre. Elle écrase de son pied un œillet de métal qui lui dont pousser un juron à demi étouffé par un bâillement. Elle attrape prestement le carnet, un stylo d’une couleur indefinissable et commence à tracer fébrilement sur le papier les formes d’une tenue qui l’obsède depuis plusieurs heures. Puis, ravie, elle retombe avec délice dans les bras de Morphée.

Lundi, 4h

Le réveil est difficile. tiens, c’était dont un stylo vert se dit-elle en consultant les croquis que la couturière a réalisé dans le noir quelques heures plus tôt. Objectif du jour, acheter du tartan.

15h

La couturière entre dans son magasin de tissu preferé. Tout les vendeurs saluent la couturière. Depuis le temps qu’il la voient rôder dans les parages, ils ont réussi à l’apprivoiser. Mais la couturière n’a pas le temps au bavardages, elle erre dans les rayons à la recherche du graal. du tartan rouge … ou beige.

15h30

Point de tartan, cette année la couturière s’est fait devancée par un club de cornemusiste qui ont acheté la totalité du stock. La couturière est frustrée. elle ne peut attendre le réapprovisionnement. elle hésite, puis se décide. Elle ira là où le tissu est plus cher et mal rangé, sans garanti de trouver son précieux.

17h

La couturière arrive en terrain inconnu. Les rouleaux sont entassés dans une logique qui lui échappe. Des taffetas avec du voile et du liberty jouxtent de la toile de jouy et du jacquard. Étrange idée que de classer par couleur. La couturière s’avance, le cœur battant dans les rayons, touchant du bout des doigts tous les rouleaux qui sont à sa portée. Tartan. Ce mot résonne dans sa tête. Mais où est-t-il ?

17h20

Enfin, au milieu d’un rayonnage, elle aperçoit les fameux motifs. Il y a de toute, ou presque. Beige, rouge, elle hésite. Les deux ! Et puis elle regarde les prix. Il est vrai que cette enseigne est nettement plus chere. alors rouge ce sera. La couturière rentre chez elle les bras chargés de son précieux colis.

Mardi, 4h

Toute la nuit la couturière a rêvé de ses patrons, la coupe, les détails, elle sait ce qu’elle veux. Ce sera une jupe trotteuse de 1904 avec ajout de deux pièces de plissé au bas et boutons dorés. Et un veston assorti.

Malheur, le fer à repasser a chût. Anxieuse la couturière espère qu’il fonctionnera toujours.

5h

Deja arrivée, la paperasse expédiée, la couturière patronne avec fébrilité. Peu à peu la jupe prends forme. Le fer à repasser est opérationnel malgré le plastique cassé.

9h

La jupe est presque finie, il ne reste qu’à poser doublure et fermeture puis l’agrémenter de boutons. La couturière s’offre une pause et va pour patronner son veston.

9h10

La couturière se dit que son bordelisme va finir par devenir handicapant. L’enveloppe “corsage 1888 à la mesure” ne contient pas le dit corsage et elle n’a aucun autre patron sous la main.

13h,

La couturière de retour dans sa tanière entreprends de créer tout les plis, 8m de tissu à plisser.

18h

La couturière en a marre et va prendre sa douche, elle finira demain.

SteamQing – finie à 98%

Il me reste “juste” les fermetures à poser mais comme toujours les finitions me font grandement renacler. Mais je suis contente sur resultat final. Même si c’est loin d’être parfait, je pense que ça devrait aller.

Restera à reflechir sur la coiffure. Est ce que je fais une toque, une coiffe, un filet en perles, comment vais-je utiliser mes feuilles de ginkgo en laiton. A voir.

Enquête sur le Recast

“Dear ______

I’m part of the french BJD community, Materiel Celeste since 2006, I have seen you grown since then and I want to thank you for all the effort you have done so far to bring those amazing dolls to our lifes.

As you know, recast has spreading like a plague among all the BJD company. More and more people are attracted by BJDs, and sadly, by Recasted BJDs.

I know you might be busy and that my enquiry seems a bit weird, but we are trying to educate new members of the french community to this problem, sadly, our voice do not seem to have a strong echoe and the debate about recast is going nowhere. But maybe if you could make hear your voice, the voice from the people who made those BJD we love, some would understand how hard this phenomenon has impacted you.

Could you please answer those few question:

  • How recast has impacted the work in your company ?
  • Was it anything positive about recast for you ?
  • Have you made changes on the way you work ? (Hired less people, reduced your benefits, etc. ?)
  • Do you have any legal way to stop recast ?
  • What is impacting you the most : recast or second hand doll market ?
  • If you had just a word to say to people who are hesitating between a recasted or a legit doll ( bought on your company or second hand one ) ?


Thanks for your time and your efforts. “

Ce questionnaire sur le recast a été envoyé à

Crobidoll (répondu)
Dollclans (répondu )
Dollmore (répondu)
Dollshe (répondu)
Dollzone (par W.)
Dream of Doll (par G.)
Fairyland
Iplehouse ( par W. )
JpopDoll (répondu)
Latidoll ( par G.)
Leeke ( par G.)
Luts (en attente de réponse )
Soom
Volks (par D.)

Ainsi qu’à plusieurs artistes françaises et internationales.
NobleDoll, DarkTales Doll, Zun, Enaibi, Magnetic Duckling, Insomniadoll, IrrealDoll, Naniyalin

SteamQing – Manteau

L’année commence comme elle s’est terminée, sur un post couture. Parce qu’il faut bien se l’avouer, je suis addict à ma machine à coudre et ma tête fourmille de tant d’idées que je n’aurais pas assez de trois vies pour tout faire.

Ma SteamQing est en bonne voie, mais la broderie est une activité longue et fastidieuse dont je ne pense pas me faire maitre. Tout du moins pas pour de si longs travaux.

En parallele, j’ai commencé un manteau robe pour aller par dessus ma SteamQing, afin de pouvoir la porter même si il fait frais dehors. J’ai encore un enorme travail à fournir, comme j’ai eu quelques petit soucis de découpe, mais c’est en bonne voie. Il s’agit d’un manteau dont le devant est inspiré d’un manteau mongole et l’arriere d’une robe 1900. Je voulais garder le coté plat de ce ce type de vêtement, mais l’ajuster au dos pour qu’il ne soit pas trop flottant. Les ornements sont fait avec un tissu à motifs dorés et du biais de satin de deux couleurs. Je suis un peu déçue de ne pas être arrivée à faire une couture très droite qui ne fasse pas onduler le tissu, mais je suis un peu trop fatiguée pour découdre et refaire la totalité du panneau avant. tant pis, il suffira que je bouge beaucoup pour cacher ça.