I’m (presque) back !

De retour à la maison, le corps en vrac mais de bons souvenirs plein la tête. Cette nouvelle édition de Geekopolis a été un réel plaisir et ce malgré les petits soucis de santé et les inévitables couacs organisationnels. Entre la migraine ophtalmique, la tentative d’assassinat à coup de Rescue et l’attaque du coin de meuble, je suis encore étonnée d’être debout. Il faut croire que la dose monumentale de câlins de steamers que j’ai reçu (après autorisation parce que sinon c’est dangereux de me faire une attaque de câlin surprise) m’a quand même reboostée. Il faut cependant que je continue à travailler sur moi et apprendre à me détendre.

Voilà deux très belles photos prises par Alain Warnier de CAW Photos. Et quand on sait l’éclairage et les problèmes de cadrages qu’il peut y avoir en convention, je dis bravo.

La quatrième Steamponaise que j’avais déjà montré quelques temps plus tôt.

Et Pialé l’Acrobate, un costume monté à la derniere minute mais que j’aime beaucoup de par son confort.

Cela me donne envie de passer une autre étape pour me réconcilier avec moi même. Je vais essayer de trouver des collaborations avec des photographes pour mettre mon travail un peu plus en valeur et surtout apprendre à maitriser mon corps, en en prendre mieux conscience et pouvoir être moins tendue dès qu’un appareil photo s’approche de mon champs de vision. Ca n’est pas non plus pour demain, mais l’idée commence à faire son chemin, même si je ne sais pas vraiment à qui m’adresser pour l’instant.

Autre petite news, le Boston Ball, un jeu de balle, mélange de valse et de football joué dans les salons parisiens en 1904 a été un succès, malgré les petits problèmes techniques. Il va falloir peaufiner les règles pour ne le jouer qu’à quatre couples et faire un ballon homologué.

Et voilà la broche que je portais pour mon costume d’Acrobate, finie en urgence le jeudi juste avant geekopolis.

Et sur ce je vais me replonger dans mes patrons et mes commandes en cours et essayer de continuer à écrire mon tome 2. Pour infos j’en suis à 151 pages word, ça avance lentement et je m’excuse auprès des gens qui attendent la suite depuis presque un an maintenant.

Geekopolis, here I’ come !

Et c’est parti ! Direction la gare pour une semaine parisienne. La valise est chargée à bloc, tout n’est pas prêt et j’ai dû oublier la moitié des choses, comme toujours, mais c’est pas grave. Je serais donc ce week-end à Geekopolis, dans le quartier du Nautilus, probablement planquée derrière un rideau sur le stand Steampunk.fr (C.N 31). Une version steam de “Où est Charlie ?”

Et le dimanche après midi, c’est défilé avec un tas de gens fantastiques11080310_1474594982762963_1417712243695718355_o

O-Rin la voyageuse

Bien, les résultats du concours de modèle steampunk de Geekopolis ont été annoncés, je n’ai pas été retenue. du coup je peux présenter la série photo faite par Pauline Deysson Photographie, que je remercie du fond du cœur pour son aide.

The End

Arpenteuse, guêtres et savon

Les titres de ces posts sont de plus en plus etranges, je sais, mais ça aura le mérite d’être clair. En premier lieu, j’ai fini mon arpenteuse, j’ai encore quelques petits soucis avec la couleur rose framboise de la ceinture tournure mais elle est complete. Reste à trouver quand la porter.

Concernant les guêtres. Après Geekopolis, je souhaite travailler sur un projet qui me tiens à cœur. Une petite série de guêtres faites en obi dont une partie de la vente sera réservée à des associations humanitaires. Mais ayant des mollets d’allumettes, je doute que mon patron actuel puisse aller à beaucoup. De fait, je lance un petit appel. quelques minutes de votre temps et un metre ruban pour me donner vos tour de mollet et de cheville. Cela me permettra de faire un petit barème pour créer des guêtres de tailles différentes. Et aussi de savoir si la preference va aux spats longues ou courtes. ^^ Et pour finir un petit tutoriel qui sent bon le savon… Ce qui est somme toute logique. Petit tutoriel utile et qui sent bon. Les restes de savons s’utilisent souvent en couture pour remplacer les craies de tailleur sur les tissus sombres. Ils font des traits nets et n’abiment pas le tissu, mais quand on a pas de reste de savons ou que des morceaux trop gros et bien, on se debrouille.

Et une salopette de plus

J’adore les pantacourts et shorts mais je porte rarement des choses trop moulantes au niveau des fesses, surtout parce que je déteste qu’on puisse les voir et il n’y a pas pire pour moi que la démarcation de sous-vêtements sous un pantalon trop ajusté. Mais là j’ai réussi à faire un patron qui suive mes formes et avec quelques astuces à dissimuler certaines parties… Un gros nœud style faux-cul pour cacher mon postérieur c’est un joli paradoxe. La salopette est en lainage à petit carreaux avec une petite dentelle crème en bas. Il faudrait que je revois les revers pour leur donner une forme plus arrondie aux cuisses et voir ce que je pourrais faire sur d’autres variations de ce patron. Ça me donne envie d’une salopette style tuxedo en crêpe noire avec revers en satin et gros nœud un peu queue de pie. Mais bon, avant ça il va aussi falloir que j’étudie les méthodes de gradation des patrons.

Je reste toujours agréablement surprise du si bon accueil de cette nouvelle création, même si elle est plus “classique” par rapport à ce que je fais ou ce qu’on peut voir. Ça me donne envie de continuer à m’améliorer et me conforte dans l’idée que créer et coudre c’est vraiment ce qui me donne envie de me lever le matin. Même si j’ai toujours aussi peur de l’avenir, même si ma situation professionnelle reste plus qu’ubuesque, je veux continuer et utiliser tout le temps qui me reste pour créer.