Corset mon amûûûûr …

En attendant de recevoir mes fournitures pour une grosse commande spéciale et secrète que je sens que je vais m’arracher la tignasse dessus mais c’est pour la bonne cause, je pratique un peu la corseterie et je fais des essais.

Mes ceintures de obi sont parfaites pour le corset, mais ne sont pas très faciles à travailler. Et encore, celles que j’ai utilisées sont les moins épaisses.

24097277789_41a0eb0808_z

Il me faut entre 6 et 7 heures pour coudre un corset / serre taille complet. Une heure étant dédiée aux finitions à la main. Et bon sang ce que c’est long et fastidieux !

24097279249_87b7f42069_z

Mais heureusement les coutures de la bande de biais étant internes, cela ne se voit pas.

24356762332_014b5ede07_z

Et donc voilà que je couds à la chaine pour tester mes patrons et calculer mon temps. Mais j’aime tellement ce type de vêtement. Ce que j’aime surtout, en dehors des matières, ça n’est pas la déformation du corps jusqu’à une taille ridiculement fine, mais l’aspect souligné de la silhouette. Quelque chose qui lisse le corps sans le rendre irréaliste.

Du coup j’essaie de travailler sur des corsets avec une réduction moindre. Les deux de gauches sont à mes mesures quant à celui de droite, il est destiné à une taille 42/44 et est un peu plus serré, mais il devrait rester confortable. Reste à trouver un cobaye pour faire les essais. 

Ceinture papillon

Il me manque encore a accrocher un tas de petites choses dessus mais la forme principale est bonne.

SteamQing – le retour !

Je me bats avec ce haut depuis le début de la semaine, la soie glisse, la bordure est trop rigide pour une bonne fluidité de la manche, ça file, je découpe des pièces à l’envers, la doublure ne corresponds pas, raaaaah ….. mais réussir à trouver un tissu de soie de la même teinte que cette jupe qui a plus de cent ans, c’est déjà un exploit en soi, donc bon, ça devrait aller et en photo ça passe bien. Il reste encore beaucoup à faire mais ça prends forme. La partie la plus difficile sera les broderies comme je ne suis pas encore très entrainée pour ce genre de travaux, mais depuis le temps que j’ai envie de m’y mettre, soyons fou !  Au pire je déferais tout.

SteamQing, corset et jupe

Je viens d’essayer mon corset 1902 avec ma jupe Qing et je dois dire que je suis ravie de l’effet. Il m’aura fallu un peu de temps à comprendre comment mettre cette jupe, sachant que je n’ai vraiment pas les mensurations d’une chinoises. Les canons de l’époque étaient plutôt pour les petit cylindres et je suis plus sablier…

Je vais profiter de mon voyage pour chasser le tissu. trouver un joli coordonné pour cette jupe va être assez ardu mais j’ai bon espoir.

J’ai trouvé deux patrons qui me permettront de reproduire cette même jupe et la veste fendue. La marque Folkwear fait de merveilleuses reproductions de tenues traditionnelles et retro.

 

Corset moderne – baleinage

Une seule moitié du corset est baleinée. C’est impressionnant le temps que cela peut prendre et la force aussi. Couper les 18 premières baleines en métal m’a pris plusieurs heures.

Mais ça en valait la peine, rien qu’avec une moitié on sent la difference, les courbes sont belles et lisses, sans plis. Je n’ai pas utilisé de baleines en acier comme indiqué ( 16 baleines acier pour 2 ressorts d’après les instructions succinctes du patron), mais des baleines ressort, plus souples qui laisser un peu plus de marge de mouvement au corps. Il restera en plus de finir la seconde moitié à orner d’une dentelle, poser des jarretelles et puis pour la suite en verra en fonction de l’inspiration.

Le Bal des Sans Visages

Parce que j’ai décidé de coudre toutes les tenues qui seront dans mes livres, j’ai entamé la robe d’Anaya pour le Bal des Sans Visage. Je ne sais pas du tout où je vais, comme souvent mais c’est agréable. Je crois que je commence à adorer la corseterie

 


Je dois encore poser toutes les baleines, et bien évidement j’ai commandé la mauvaise taille de baleines, mais c’est pas grave, le corset fonctionne déjà bien ^^

Avant – Après

Recyclage de vieux vêtements.

J’ai trouvé par hasard une vieille robe des années 60 au fond d’un bac, dans une friperie. Révélation. Le tissu était exactement ce dont j’avais besoin pour ma robe du Bal des Sans Visage. Un tissu assez rigide pour être façonné en corset ancien et d’aspect riche sans que j’ai besoin de rajouter des broderies. Et pour 3€ que demander de plus ?

C’est vrai qu’à première vue cette robe est … moche… soyons honnêtes, elle est vraiment moche et pour l’avoir essayée, elle est plus proche du sac que de la robe de soirée. Mais bon, les gouts et les couleurs, ça ne se discute pas et j’imagine qu’elle a du faire à son époque le bonheur de son ancienne propriétaire.

Et voilà donc, après avoir décousu l’ensemble et récupérer les dentelles qui masquaient les ourlets ( très jolie technique soit dit en passant), je me suis attaquée à un gros morceau. Un “corset moderne” de 1902, patron d’époque qu’il a fallu adapter à ma hauteur de buste. Sept centimètres de plus, c’est assez conséquent.

Et voilà après plus de cinq heures de travail, la base du corset achevée. Je crois que si j’avais vu ce tissu sur un rouleau, je n’y aurait pas cru, je l’aurais trouvé trop clinquant, trop épais. Mais au final il est juste parfait. J’ai utilisé la technique des “french seams”, prendre une pièce en sandwich entre le tissu et la doublure de la pièce suivante afin de créer des casiers directement dans le corset, sans avoir à se soucier de bien ajuster la doublure. Je réutiliserais cette méthode sur d’autres corsets, elle est tout simplement parfaite.

J’ai hâte de recevoir mes baleines et mes œillets pour pouvoir le finir

 

 

Previous Older Entries