Dame Blodwen Talos – Steamtour 2015

Avec beaucoup de retard, voici deux photos de mon dernier costume achevé. Dame Blodwen Talos, artiste de cirque, lanceuse de couteaux etc …

Au final c’est un costume très confortable, moins contraignant que ceux avec corsets, même si j’ai des rafistolage à faire sur quelques endroits. Il a fait son petit effet et me donne envie de travailler d’autres costumes dans cette idée et pour ce personnage. Et cerise sur le gâteau, ce chapeau a défié les lois de la gravité tout le week end.

Le chapeau de Blodwen – Step by step

Ca n’a pas été sans mal, mais j’ai réussi à faire un chapeau pour ma Dame Talos qui tienne la route. Il est leger mais solide et je pense que je pourrais réutiliser cette base pour d’autres projets. Il m’a cependant demandé plus de 15h de travail. C’est long, mais cela en valait la peine.

Millinery tutorial translated into english

Voilà un petit aperçu, étapes par étapes du processus. J’ai récupéré un patron de passe de 1909 sans aucune instruction de montage ni calotte, il a donc fallu que je me débrouille seule pour trouver comment diantre monter cette fichue roue de charrette.

Pour le matériel, j’ai utilisé de la feutrine épaisse et rigide, du fil de fer et à peu près toute la liste des jurons animaliers que je connais. Je voulais le réaliser au plus proche des techniques d’époque, même si je pense qu’une vraie modiste ferait un ulcère en voyant la méthode.
Material : thick felt and wire. Method is far away from the traditional millinery methods but I wanted to make it closer to it. Hat pattern is a 1909 one, but I didn’t have any instructions, only the brim pattern

Après avoir coupé et cousu ma passe, j’ai déterminé l’emplacement de mes fils de fer qui serviront de renfort au chapeau. La feutrine était assez rigide pour que je puisse m’en passer, mais on n’est jamais assez prudent. Un choc, la pluie, la chaleur et on se retrouve avec un chapeau tout mou.

Une fois mes traits placés, j’ai cousu à la main le premier cerclage au bord externe de la passe avec un point de chausson.

After cutting and sewing the brim, trace the wire places and sew your first wire on the edge of the brim.

Pour les fils de fer verticaux, plutot que de les coudre à la main, j’ai preferé utiliser la machine. Le plus, c’est qu’en utilisant le pied à nervure, le fil reste bien droit et permet une couture plus nette qu’à la main.

Une fois les fils de fer bien cousus, il suffit de replier les bouts vers l’interieur du chapeau, en faisant cependant bien attention de les replier chacun à l’opposé de l’autre.

For the vertical wires, use the pintuck foot. when sewn, cut and fold the wires on the inside.

Une fois les fils verticaux cousus, passez au cerclage. Même méthode mais en faisant attention à ne pas casser votre aiguiller lorsque vous passez sur les fils de fers déjà posés. Et croyez moi, une aiguille qui casse sur un bout de fer peut être très dangereux.

Une fois l’interieur de la passe finie, il faudra couper deux pieces de tissu de la même forme. Une pour le haut et une pour le dessous. J’ai utilisé la même microfibre que celle de la robe de ma Dame Talos. Il vaut mieux un tissu qui ne s’étire pas du tout pour pouvoir bien le poser. Attention, ne surtout pas decouper le cercle du centre pour le moment. Batissez à la main le bord exterieur et cousez le solidement avant de tirer le tissu vers le centre et le batir lui aussi. Il faut vraiment que le tissus soit extremement tendu pour donner un joli rendu.

Cousez le centre, coupez et crantez le centre puis replier le tout sur le dessus du chapeau avant de coudre une derniere fois.

When all your vertical wires are sewn, sew the horizontal circle,s but be careful not tot break your needle on the wire while sewing. Then cut 2 of the same pieces than your brim on a no-stretchy fabric ( mine is the same then my Dame Talos dress), baste the edge, but do not cut the center right now, sew the edge and make sure to flatten the fabric before sewing the center and cutting it.

Pour la calotte, j’ai utilisé un saladier qui m’a servi de base de patron, je l’ai ensuite solidement cousu puis j’ai ajouté mes fils de fers, comme je l’avais fait pour la passe.

Une fois le tout cousu, j’ai posé la calotte et fait un tracé autour pour bien la positionner. A ce stade là vous remarquerez que la calotte est plus large que le trou de la passe… Et c’est là tout le secret des chapeaux anciens qui malgré leur immensité semblaient tenir en apesenteur sur les coiffures mousseuses de ces dames. Ils n’étaient pas enfoncés sur la tête mais posés sur la coiffure et tenus par des longues épingles à chapeau piquées dans le chignon.

I used a bowl to make the pattern of the top of my hat that I sewn just like the brim, adding internal wires. The fact that the top of this hat is wider than the inside of the brim is totally normal. This hat should not be worn on the head but on the hair and secured with a long hat needle.

J’ai ensuite coupé grossierement un carré de tissu que j’ai posé sur la calotte et je l’ai tiré et applati pour recouvrir cette partie. Les petits plis seront cachés par tout le fouilli d’ornements.

Le seul petit ecart que je me suis permise est un peu de colle sur le bord de la calotte et la passe pour être sure que le chapeau ne se désolidarise pas en cours de couture. J’aurais pu coudre ces deux parties maaaaaais … j’en étais à plus de 10h de travail et j’avais un peu la flemme.

Une fois la calotte mise en place j’ai posé la piece du haut que j’ai cousu au bord puis à la calotte.

I have cut a square of fabric to cover the top, then added some glue to make sure it won’t fall off when I will be sewing the last part, then sewn the top fabric on the edge. I could have sewn the top part to the brim, but I have been a bit lazy after 10h of work. Bad me.

Et pour finir, j’ai cousu un biais fait dans le même tissu au bord de la passe et l’ai cousu au point invisible à la main sur le tissu. C’était trèèèès long. Mais ainsi la passe est propre et prête à être ornée.

At last, I have sewn a biais tape made out of the same fabric. Hat is ready to be decorated.

Dame Talos – Le defi steampunk

Il y a un adage qui dit “Pas de nouvelles, bonnes nouvelles”, dans mon cas ça serait plutôt “Pas de nouvelles, car pas de bonnes nouvelles”.

Mais aujourd’hui, deux petites choses sympa. La première, ma marque est officiellement déposée à l’INPI, désormais Les Legendes d’Azcor sont protegées et je pourrais exploiter cette marque pendant une durée de 10 ans. Pas mal, on va espérer que je sois toujours là dans 10 ans.

La seconde, c’est l’avancement, à pas de fourmi, de ma Dame Talos. J’ai à présent fini le boléro et il ne me manque qu’à broder une serie de perles sur le bord de la jupe, y poser des appliques, créer une ceinture large porte couteaux et un grand chapeau … “Que” avais je dis ….

Détail du boléro. Coudre le ruban n’aura pas été de tout repos, mais avec on pied teflon et une aiguille à voilage on fait des miracles. Le tout étant de bien batir son ruban avant et de coudre à la lisière du ruba pour obtenir une couture propre et droite. Les appliques en laiton elles sont toutes cousues à la main.

Ce bleu est très difficile à prendre en photo, mais voilà à quoi ressemble la forme presque definitive du haut. Il me reste cependant à rajouter de la dentelle sur l’encolure et quelques perles aussi. Je pourrais ne pas le faire si je n’enleve pas le boléro, la robe est bien, mais sinon, sans rien, elle a l’air trop simple et ma lanceuse de couteau a un certain standing à tenir.

A la base j’avais pensé à un corset, je l’ai d’ailleurs commencé. Mais suite à une discussion avec une amie, nous avons décidé de tenter un defi, créer un costume steampunk sans les accessoires habituellement utilisés et reconnus steam. Du coup … Plus de corset. Mais je pense voir une une ceinture drapée à la limite du serre taille, comme dans les années 1910.

Une semaine plus tard ….

Ca commence enfin à prendre forme. Heureusement que j’avais mes vacances pour dompter la bête. Ma brother Scan n’Cut n’est pas aussi intuitive qu’on voudrait le faire penser. Il faut reussir à bien gerer la pression, la longueur de lame, stabiliser le faux cuir, stabiliser le tapis, être sur de ne pas faire de bulles, prier pour que tout ne se décolle pas à la decoupe. Mais ce soir, il semblerait que tout prenne forme pour le mieux. J’ai reussi à couper une partie de mes appliques pour le bas de la robe de Dame Talos. On y crois très très fort pour qu’elle soit finie pour le pique nique victorien de septembre.

Dame Talos – Corsage – Combinaisons 1900 pour l’été

Dame Talos :
Je ne suis pas très à jour ici. Semaines difficiles pour le moral mais on se concentre sur le positif. Je me suis mise à un nouveau projet costume, Dame Talos, mon tome IV … Oui je sais le tome II est encore inachevés et le III a à peine une cinquantaine de pages de rédigées mais les muses de l’inspiration chez moi sont équipées de rangers cloutées et on ne discutes pas avec une muse pointure 44 …

Un projet un peu fourre tout au niveau de l’inspiration qui pourrait se définir par du steamopiraticocircusosinopunk… Mais il y a une logique là dedans. Du coup je suis parti sur deux bases de robes, une forme naturelle des années 1870~ où le vêtement suivait les lignes du corps ( bien qu’il y ai tout un attirail en dessous) avec de grands drapés trainant au dos, et une forme de robe fourreau coupe princesse des années 1910~ qui moulaient particulièrement les hanches ( à telle point qu’à l’époque ces dames ne pouvaient pas s’asseoir de peur de craquer leur belles toilettes)

Le boléro et la doublure sont fait bien que je me demande si je ne devrais pas raccourcir encore le bolero. Il faudra que je songe à la question une fois la robe montée.

Corsages:

J’ai travaillé récemment sur de la conception de corsage de base. On part d’une base de corsage simple et ajusté à ses mensurations pour créer tout un panel de vêtements, à l’aide de découpes, de pinces, de drapées etc …
C’est un peu le jeu des sept erreurs aujourd’hui. Les differences de conformation entre les patrons de la fin du 19eme et les patrons modernes sont très frappantes. A gauche un corsage de base fait à mes mesures selon une méthode de 1897, à droite un corsage de base de chez Ralph Pink taille 36 standardisée.

Je sais que je ne suis pas épaisse mais la difference est assez flagrante entre le corsage ancien qui épouse la forme du corps et utilise le biais pour suivre ses mouvement ( entravé par le corset, certes) et le corsage moderne qui ajoute de l’aisance et utilise plutôt le droit fil.

Combinaisons 1900 pour l’été

Et parce qu’il a fait très très chaud ces derniers temps, j’en ai profité pour realiser quelques combinaison salopette inspirées de lingerie du début du 20ème siècle.

A gauche une combinaison sans empiècement de taille, resserré par un ruban et à droite une combinaison à empiècement. Je pense créer une petite serie de modèles de ce style d’ici quelques temps.