Visiter le Japon – Petit résumé de ma propre expérience

Plusieurs de mes amis m’ont demandé dernièrement des informations sur le Japon, où aller, quoi visiter, où manger, etc … Je n’ai pas la science infuse sur cette question, mais ayant eu la chance d’y aller déjà cinq fois, voici quelques conseils et adresses

Avant le départ, je fais en sorte de mettre à jour mon “kit de survie” se compose d’un carnet de plans, un carnet de phrases type, un mini dictionnaire, une boussole, du papier et des stylos, ma suica, une montre et j’entraine mon regard de touriste totalement désespérée accompagné de la phrase “zenzen wakarimasen, fransujin desu.” (je ne comprends rien, je suis française).

  • Carnet de plans : Je voyage au Japon comme dans les années 80, je n’ai pas de téléphone, pas de GPS et un accès à internet très limité. Cela peut sembler un handicap mais c’est aussi un soulagement de se couper entièrement du monde et profiter du voyage sans être rivé à son téléphone. Du coup, je prépare toujours à l’avance un petit carnet spécial que je rempli de plans et d’adresses. Il est classé par quartier, avec mode d’accès ( JR, métro ou bus. ). Cela me permet de réfléchir le soir aux endroits que je veux visiter. Le format est le plus petit possible afin de ne pas prendre trop de place dans le sac. Pour les plans, j’utilise ceux de Japan Guide. Toutes les boutiques au Japon ont leurs propre site internet et les plans pour s’y rendre. Les guides touristiques qu’on vous vends en librairie peuvent être intéressants pour certains mais j’avoue que je ne les apprécie pas trop car ils ciblent un certain public.
  • Carnet de phrases type: Comme le carnet de plans, il peut être utile de noter des mots importants en japonais et leurs idéogrammes. Je ne parle pas japonais malgré tout ce qu’on pourrait penser ( par contre je fais très bien semblant de le comprendre 😉 ) ce qui limite la communication. Mais l’utilisation de certains mots peuvent être salvateur. Il vous évite aussi de devoir sortir votre dictionnaire à tout bout de champs. Voilà une liste des thèmes à répertorier : les couleurs, les directions, les types de viande et de légume,  et les phrases à savoir dire : Les classiques  Bonjour, merci, oui, non, s’il vous plait ( et surtout pas sayonara … ) “Je ne parle pas japonais”, “Je suis française”, “je ne comprends rien”, “je suis perdue”, “où est la station de JR ?”. Ajoutez aussi un alphabet des hiragana et des katakana qui vous permettra de vous retrouver dans le classement des Book-Off
  • Mini Dictionnaire : Vous avez le choix entre les mini guides de conversation qui proposent des phrases utiles et des lexiques ou un vrai mini dictionnaire. Le miens est un Tuttle – Mini Japanese Dictionnary, qui fait moins de 10cm de haut.
  • Boussole: Je suis aussi douée en orientation qu’un raton laveur avec une machine à écrire et j’ai une fâcheuse tendance à partir à l’opposé de l’endroit où je dois aller. A toutes les stations de JR, mais aussi dans la rue, à certains endroit clé, vous trouverez des plans de quartier en hiragana et en romanji avec toujours la petite indication de où vous vous situez sur le plan et les points cardinaux. La boussole évite de repartir dans la mauvaise direction. elle n’est pas obligatoire mais utile ( quand je vous disais que je voyageais comme dans les années 80 … mais je n’ai pas précisé le siècle )
  • Papier et stylo: quand il n’y a vraiment aucun plans alentour, que la gentille petite vieille qui veut vous aider ne parle pas un mot d’anglais, jouer aux pictionnary avec elle peut vous éviter de parcourir 3km dans la mauvaise direction.
  • Une carte Suica: Il s’agit d’une carte rechargeable permettant de prendre les lignes de JR et lignes privées dans l’est du Japon. Elle coute 2000 yens, dont 500yens de caution. Vous la rechargez comme bon vous semble sans vous soucier d’avoir à acheter des tickets à tout bout de champ.

Bon à savoir, et quelques conseils :

  • Ne pas se moucher en public, c’est un peu ignoble, de devoir renifler toutes les trois secondes et de résister à l’envie de se moucher, mais c’est très mal vu, surtout dans les transports en communs. D’où le port du masque qui permet d’avoir la goutte au nez sans que ça ne se remarque. Dans la série, ça ne se fait pas dans le train : téléphoner, manger, se remaquiller.
  • Tant qu’à parler de maquillage, celle là est pour vous les filles, les toilettes publiques sont presque toutes équipées de grands miroirs et même parfois d’une petite pièce séparée spéciale pour se pomponner. On y prends vite goût.
  • Il n’y a pas de poubelles dans les rues, les seules poubelles se trouvent dans les toilettes publiques ou devant les combini. Faites attention aux affichettes devant ces poubelles, il vous faut trier vos déchets.
  • Ne dites pas “sayonnara” à un vendeur quand vous quittez la boutique. C’est assez maladroit. Un “Arigato gozaimasu” ( merci beaucoup) suffit, bien qu’il ne soit pas obligé. Si vous vous sentez gêné de ne rien dire, un grand sourire marche excessivement bien.  Les clients japonais ne remercient ni ne saluent leurs vendeurs, mais les vendeurs se doivent de saluer et accueillir le clients, chaque clients. Ce qui donne des scènes surréalistes de vendeurs qui passent leur temps à souhaiter la bienvenue, avec en écho leur collègues au fond du magasin qui reprennent la même phrase tous en cœur. Il arrive parfois même que le vendeur vous raccompagne à l’entrée du magasin tout en portant vos achats, la première fois c’est un peu surprenant, mais c’est normal.
  • Les japonais payent presque exclusivement par espèces et certaines enseignes n’acceptent pas les cartes bancaires, faites attention à toujours avoir de l’argent liquide sur vous. Le pays étant relativement sur, cela ne pose pas de problèmes de se promener avec beaucoup d’argent sur soit, bien qu’il faille évidemment rester un minimum prudent.
  • Dans les grands magasins, les food court sont généralement en sous sol. Là bas vous trouverez un grand choix de petits restaurants à des prix raisonnables. Les menus, si on ne vous les propose pas en anglais sont tous accompagnés d’images et il vous suffit de pointer du doigt ce que vous voulez manger (d’où l’importance de la liste de mots sur les aliments su vous êtes allergiques ou si vous ne mangez pas de viande.)
  • Les vélos roulent sur les trottoirs au Japon, ayez l’oreille aiguisée et écartez vous dès que vous entendez une sonnette.
  • La plupart des temples et des parcs sont payants, l’argent permet de les entretenir. Les droits d’entrée sont entre 200 et 700 yens et les guichetiers vous remettent à l’entrée un petit guide explicatif de l’endroit que vous visitez.
  • Dans les parcs et les temples, les toilettes sont principalement à la japonaise, c’est à dire un trou où on doit s’accroupir, certains endroit ont même une signalétique pour informer les étrangers comment on doit se positionner, en face de la chasse d’eau.
  • Si vous avez soif, vous trouverez tout les 10m des distributeurs de boisson qui vous servent une variété impressionnante de breuvages divers, chauds ou froids. C’est un peu la roulette russe du gout.
  • Les collections changent très souvent dans les magasins, presque toutes les deux semaines. Donc si vous trouvez quelque chose qui vous plait, achetez le de suite et ne vous dites pas “je pourrais peut être le trouver moins cher ailleurs.” Il existe un pacte de non concurrence entre les magasin, et hormis durant certaines périodes de solde, tout les prix sont équivalents.
  • Vous rêvez de manger les même crêpes que l’ont voit dans les manga ? Méfiez vous de la chantilly, elle est beaucoup plus costaud que la chantilly française ( mais bon sang qu’est ce que c’est bon une crêpe fraises chantilly ! )
  • Si vous ne savez pas où manger et que vous voulez un bon repas à un prix abordable, il existe une chaine de restaurants, les Ootoya. Le repas est copieux et très bon.
  • Pour les hôtel, si vous voyagez à travers le Japon, vous pouvez choisir une chaine et vous faire faire une carte de fidélité, ce qui vous donne droit à des réductions dans tout ses établissements. Les Toyoko Inn sont assez bien, et proposent des coupons de réduction et un système “eco plan” qui consiste à ne pas changer vos serviettes et draps tout les jours mais tout les 2 jours, vous faisant économiser 300 yens par nuit.
  • Si vous dormez à l’hôtel, faites en sorte de réserver une chambre non fumeur. Les chambres fumeurs dégagent souvent des odeurs infernales.
  • Les Book-off sont immenses mais tous configurés sur le même principe, si vous arrivez à vous y retrouver dans un, vous devriez pouvoir vous en sortir dans tous. Mais c’est là que l’alphabet des hiragana vous sera le plus utile.
  • Le soleil se couche très tôt au Japon, suivant les saisons ça peut surprendre
  • Et très important pour les filles, si vous aimez les jupes courtes, les froufrous, les talons compensés, les bonnets en moumoute, les accessoires mignons, les grandes chaussettes, alors profitez de votre séjour pour vous habiller comme vous le voulez, sans avoir à vous demander si la longueur de votre jupe convient ou si le petit nœud en dentelle que vous avez dans les cheveux ne vas pas vous attirer des regards mauvais. Lâchez vous sur la tenue et profitez. Au pire on vous regardera un peu étonné, au mieux on vous complimentera mais surtout on vous fichera une paix royale. MAIS, ne portez pas de débardeurs ou alors avec un petit boléro en dentelle par dessus. C’est assez paradoxale, mais il importe peu que la jupe soit courte voir très très courte, par contre les épaules doivent être couvertes.

Et le meilleur conseil que je puisse donner : Perdez vous. Ne cherchez pas à suivre un plan touristique, promenez vous, allez vous perdre dans les petites rues, les micro parcs, les zones inconnues, escaladez des escaliers qui semblent ne mener nul part, éloignez vous des grands axes routiers et partez à l’aventure dans la ville ( d’où l’utilité de la boussole quand vous vous êtes bien perdus )

Les endroits peu connus qui méritent d’être vus ( mes coups de cœurs ):

A Tokyo, il y a le quartier de Nippori et Yanaka, juste après Ueno, Yanaka le grand cimetière de Taokyo est rempli de petits temples cachées un peu partout, très joli à visiter pour les cerisiers. Nippori, c’est la Fabric Town, une immense rue de 2km remplie de magasins de tissu, de cuir, de vieux kimono. Si vous aimez coudre, c’est un incontournable.

Kijichoji, c’est aussi à Tokyo, un joli petit quartier avec un très grand parc entourant un lac, il se trouve à 1kjm de Mitaka, là où se trouve le musée du studio Ghibli. en parlant de ce musée, il est très mignon, même si il est assez petit et il est interdit de faire des photos en intérieur. Ce qui est dommage.

Sur Yokohama, j’aime aller sur la Colline aux étrangers pour voir le jardin de roses, c’est là que se situe l’action de la Colline aux Coquelicots ( je vous ai dit que j’aimais beaucoup les films de Ghibli ? )Vous pouvez y visiter les maisons des étrangers et avoir une vue magnifique sur le port. Il y a aussi le jardin du Sankeien, un parc où je vais tout les ans et dont je ne me lasse pas. Vous y trouverez des maisons et des temples importés de Kyoto.

Les saisons:

Personnellement je suis une amoureuse de l’automne, mais toutes les saisons ont leur beauté. si vous allez au japon pour voir les cerisiers ou les feuilles d’érable, renseignez vous sur les floraisons, elles sont souvent très éphémères et cela serait dommage de les rater.

J’aurais certainement des choses à rajouter plus tard, mais voilà déjà quelques pistes à suivre.

Et quelques photos de mes différents voyages :

20092010201120122013

Advertisements

Vacances !

Tokyo me voilà !
Mais avec 4h d’attente à l’aeroport demain matin, j’ai pris de quoi m’occuper.