Parfois, le hasard fait bien les choses

Après une grosse série d’ennuis en tout genre durant depuis près d’un mois, hier aurait pû être le summum et me donner envie de repartir hiberner jusqu’en été.. Et pourtant, une journée qui avait mal débutée m’a permis de me rendre compte d’une chose importante, je ne suis définitivement pas une cosplayeuse, mais une couturière passionnée.

Hier matin j’avais rendez vous pour un shooting photo cosplay. Ayant fini ma Victorienne, j’en aurait profité pour faire quelques photos du résultat final. Arrivée avec un peu de retard au rendez vous et bien qu’ayant prévenu de mon heure d’arrivée, point de connaissances à l’arrêt du tram. Étrange. Qu’à cela ne tienne, je me suis rendue sur la place où aurait dû se dérouler durant une heure les séances photo. Personne non plus. Bien, allons donc au fast food, autre point de rendez vous…. personne. Imaginez une grande rousse en habit victorien et tournure bien proéminente au milieu d’une rue commerçante bondée, car jour de braderie. Il y a de quoi se sentir un peu seule. Mais soudain, comme par enchantement, me voilà entourée de Steamers et rencontre parmi ces gens une amie qui pensait ne pas ma voir car j’étais inscrite sur cette sortie shooting cosplay dont je n’ai trouvé aucun participants alentour.

Le hasard fait bien les choses car étant habillée pour la circonstance, me voilà embarquée par hasard dans un meeting steampunk composé d’une trentaine de personnes en haut de forme et corsets, tous plus adorables les uns que les autres et partageant à certains niveau ma passion dévorante pour la couture et l’époque victorienne … Pas de compétition du meilleur costume, pas de vampirisation des informations que je pourrais fournir sans aucun échange en retour, mais du dialogue et des idées qui fusent. Ça m’a donné envie d’avancer un peu ce projet que j’ai sous le coude depuis un an déjà. Et pour être franche, je ne regrette absolument pas d’avoir raté le shooting photo auquel j’aurais dû initialement participer. Trop de guerre d’ego encore certains cosplayeurs me font prendre conscience que je me fiche d’avoir la plus belle robe tant que je suis contente de ce que j’ai fait et que je peux admirer les costumes des autres. Le monde du cosplay est intéressant à certains niveau technique mais bien trop agressif en ce qui concerne les relations entre les gens. Je ne me suis jamais vraiment sentie à ma place parmi eux, j’apprécie certains membres de cette communauté mais il y a trop de petites gueguerre de cours d’école à mon goût.  Ça n’est pas bon pour moi et je pense que je n’aurais pas passé un si enrichissant après midi si j’avais réussi à retrouver les participants de l’autre shooting photo vu quelques échos que j’ai pû en avoir.

Enfin bref, comme quoi, parfois dans une période de malchance absolue, le hasard décide de vous donner un petit coup de pouce pour remonter la pente.

A présent que ma première victorienne est achevée ( les photos viendront plus tard ), je peux entamer mon second projet, une archère steampunk. Deadline pour le 23 mars, il va falloir que je cravache.

240 plis plus tard

240 … c’est énorme. Jamais je n’avais fait autant de plissé. 240 plis, plus de 7m de tissu et une journée entière consacrée uniquement à ça. Je n’ai pas eu le courage de coudre cette bordure sur la jupe, juste l’épingler. Ça attendra lundi.

Ma robe 1888 avance, à petit pas, mais la couture avance. Je suis encore un peu sceptique sur la jupe mais ça devrait aller. J’ai encore tant à faire mais j’y tiens à ce projet victorien. D’ailleurs ça m’a fait sourire ce matin. En consultant le calendrier, j’ai eu une révélation. J’étais destinée à me passionner pour cette époque, il n’y a pas d’autre explication puisque je suis née … le jour de la Saint Victorien. Si ça c’est pas un signe.

Edit: L’ensemble complet, juste monté à l’épingle.